Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La plus belle du cinéma français ? Certains soirs, oui. Elle suscite volontiers la déférence – difficile d'échapper maintenant au label de « grande dame ». Port d'altesse, royal, antique. Elle est française mais sa noblesse vient d'ailleurs. Seriez-vous libanaise, madame ? Nullement. Elle est Carmen mais aussi impératrice de Russie. Elle allie le Sud et l'Est. Le feu et le givre. La passion et le songe. C'est dans ses gènes – son père était espagnol (mille excuses, catalan !), sa mère, russo-polonaise. Elle a grandi à Alger, cette Alger la blanche dont elle n'a jamais totalement fait le deuil et qu'elle évoque à travers des images parlantes dans son autobiographie, Le Temps et rien d'autre (éd. Fayard), dont la photo de couverture – avec cigarette, s'il vous plaît ! – ferait pâlir de jalousie n'importe quelle it-girl. Moderne, Françoise ? A condition d'y ajouter un certain classicisme de madone.

La carrière de Fabian, toujours d'actualité, se partage entre théâtre, cinéma et télévision. C'est justement à la télé, sans doute, qu'elle m'a ébloui la première fois. Ce devait être un dimanche soir, dans La Bonne Année de Lelouch. L'un de ses meilleurs films, à Claude. L'un de ceux que Sydney Pollack et Stanley Kubrick aimaient beaucoup – ce dernier l'ayant montré à plusieurs reprises à ses acteurs, en guise de préparation de tournage. Notre Joconde y joue une antiquaire, qui a une boutique sur la Croisette, à Cannes. Une bourgeoise cultivée, de celles, libérées, indépendantes, pionnières sans en avoir l'air, qu'elle a souvent incarnées. Elle y élève seule sa fille. Ventura, lui, est un malfrat, qui cache plus ou moins bien son côté rustre derrière une allure de gentilhomme. En vue d'un braquage, il la séduit mais tombe réellement sous son charme. Il lui confirme la fatuité de son milieu, elle le subjugue par sa classe.

Partager cette page

Repost 0
Published by Miartist