Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 15:37

A propos de ce blog
http://le-cinema-autrement.over-blog.com/2014/06/a-propos-de-ce-blog.html


Liste des personnages principaux de Gran Torino:

  • Walt Kowalski: un vétéran de la guerre de Corée. Il est de descendance Polonaise
  • Dorothy Kowalski: Épouse de Walt.
  • Thao Lor: Jeune homme  Hmong. 
  • Sue Lor : Jeune fille Hmong, sœur de Thao.
  • Père Janovich de religion catholique: le Padre.
  • Mitch Kowalski : Un des deux fils de Walt.
  • Karen Kowalski : Épouse de Mitch.
  • Ashley Kowalski : Fille de Karen et Mitch (petite fille de Walt).
  • Mère de Sue et thao. (Cette femme ne parle pas Anglais).
  • Grand mère: mère de Sue et de Thao. (Elle ne parle pas Anglais).
  • Youa (Yum Yum, miam miam en Français !): petite amie de Thao.
  • Le chaman de la famille Lor (Il ne parle pas Anglais).
  • Docteur Chan (Asiatique).
  • Martin le coiffeur (Italien).
  • L'entrepreneur en bâtiment: Tim Kennedy (Irlandais).
  • Le notaire.
  • Daisy: la chienne de Walt. 
  • Le gang Hmong. Ils sont cinq comme le nombre de continents:l'Afrique, l'Amérique, l'Asie, l'Europe et l'Océanie. 
  • Le gang Mexicain.
  • La bande des trois Noirs (sans voiture). 


Liste des principales "séquences" :
(La liste plus longue des séquences se trouve tout en bas de cette page. Chaque séquence est identifiée par un nombre (de 1 à 89).

Note: Le mot "séquence" ici, est utilisé pou
faire un regroupement de plusieurs séquences, au sens de sa définition dans le langage cinématographique.

- Sépulture de Dorothy, la femme de Walt.
- Repas à la maison de Walt après la sépulture. Simultanément fête de famille des voisins pour une naissance.
- Thao est sollicité pour son initiation: voler la gran Torino.
- Tentative de vol de la Gran Torino.
- Le gang Hmong revient et veut entraîner Thao. Walt intervient.
- Remerciements de tous les voisins du quartier.
- Visite du pasteur. Walt va chez son coiffeur.
- Agression de Sue par la bande des Trois Noirs, puis ballade de Walt et Sue.
- Anniversaire de Walt.
- Walt est invité à un barbecue chez Sue et thao.
- Walt consulte un médecin.
- Thao travaille pour réparer sa faute.
- Thao trouve du travail dans le bâtiment, mais se fait agresser un soir au retour.
- Walt venge Thao, mais le gang revient. 
- Walt invite ses voisins à un barbecue.
- Attaque des deux maisons avec pistolets mitrailleurs.
- Préparation de la réponse à donner au gang.
- Walt est criblé de balles dans la rue.
- Thao roule sur une route au bord de mer au volant de la Gran Torino.

 

Quelques mots clés invitant à découvrir un fil d'Ariane:
Nom/Prénom/surnom/diminutif: Ce fil d'Ariane est aussi présent tout au long du film et évolue vers plus de chaleur: Monsieur Kowalski > Walt > Wally.Cet identité s'applique aux outils (chaque outil a un nom). 

Pelouse:  
Les pelouses des  maisons de ce quartier sont une marque de limite de territoire. Walt en prend régulièrement soin. Il dit à propos de celle de ses voisins: "Mr x (qui était dans la maison où Sue et Thao habitent maintenant) se retournerait dans sa tombe s'il voyait l'état de sa pelouse".
Photos: La photo est un moyen efficace de connaître le passé, avoir une idée de ce qui a changé. La photo joue aussi un grand rôle dans la transmission de générations en générations. Les photos rentrent aussi bien dans le registre du documentaire, de l'affectif, etc.
1: La photo de Dorothy est devant son cercueil. 
3:
Les petits-enfants de Walt découvrent des photos de leur grand père dans la cantine au sous-sol.
50: Le Padre feuillette l'album de photos qui est sur la table basse. 

87
: En écho de la photo de Dorothy devant son cercueil, on voit le vrai visage de Walt dans son cercueil.
Cigarette: La cigarette dans ce film est très utilisée. Elle associe l'élément du feu. 81: Cette association va conduire à son paroxysme dans la dernière minute de vie de Walt: "Vous avez du feu ?".
7: Walt écrase avec énergie le mégot jeté par Ashley dans le garage.
Plusieurs séquences montre Walt allumant une cigarette. 71: La dernière est celle qu'il fume pendant son bain, en présentant ses excuses à Daisy.
27: Un Noir menace Trey (l'irlandais) avec sa cigarette allumée.
59: Un des membres du gang Hmong brûle la joue gauche de Thao.
On peut faire le rapprochement  avec Walt qui met à plusieurs reprises "en joue", dans son garage, sur sa pelouse.
Briquet: Un autre outil qui forme aussi un couple cigarette/briquet. 

Téléphone: 1: Ashley joue avec son téléphone portable pendant la messe de sépulture de sa grand mère. 5: Cette attitude est classée d'indécente par le frère de Mitch.
21: Mitch téléphone à son père. 32: Karen offre à son beau-père un téléphone à grosses touches 49: Walt téléphone à son fils probablement pour lui dire qu'il est gravement malade. 65: Walt demande à Thao d'appeler sa tante pour vérifier si elle est bien chez elle. 
78: Walt appelle Sue, avant d'arriver sur le lieu de son sacrifice.   

Crachat: C'est un langage de communication dont Walt se sert beaucoup. On le voit chiquer du tabac. La grand mère va lui répondre dans le même langage. Le sang va être amené progressivement dans ses crachats.
Sang: Walt crache du sang de plus en plus souvent, avant de le perdre définitivement dans son choix de mourir. 20: Première séquence où l'on voit du sang, lorsqu'il trébuche dans son garage.
64: Thao ne perd pas beaucoup de sang au milieu de cette violence: une égratignure au cou dans la fusillade de la maison 68: Walt fait saigner ses mains en cassant les portes de ses placards.  66: Sue va aussi perdre du sang dans l'agression et le  viol, que lui a infligé ses cousins, sa propre famille.  83: Le sang de Walt coule jusqu'au creux de sa main qui tient encore le briquet.

Bière: Walt est un grand consommateur de bière de marque Pabst. 33: Quand Sue l'invite à un barbecue, sa glacière est vide.
34: Ses voisins ne manquent pas de bière mais ce n'est pas de la Pabst. Leur bière est de la ... Tao. Sue lui propose de goûter à leur alcool de riz. 67: Walt boit ce même alcool de riz, quand son verre va lui glisser des mains.  Il est figé, regarde Sue, le corps ensanglanté. 

Câbles de démarrage: 8: Thao sonne à la porte de Walt pour lui demander des câbles de démarrage.
Porte: Il y a beaucoup de portes qui s'ouvrent et qui se ferment. 1: Walt et le Padre sont filmés devant la porte quand celui-ci dit à Walt que sa femme lui a demandé de veiller sur lui.
Cadeau: Ce fil d'Ariane est aussi fourni en diversité, du début du film, jusqu'à la connaissance du testament chez le notaire.
Il y a des personnages qui demandent ou attendent beaucoup, et ne reçoivent pas: 
7: Dans le garage Ahsley suggère à son grand père de lui donner sa Gran Torino au moment de sa mort. Elle lui demande ensuite un canapé.
Il y a ceux qui ne demandent rien et reçoivent beaucoup:
Walt au début du film ne veut rien recevoir des autres. La progression de cet homme dans le film est fulgurante. 24: Un nombre impressionnant de personnes lui donne en quantité démesurée des fleurs de la nourriture des fruits, malgré son accueil désagréable. Il y a sans doute l'idée d'offrande que l'on fait à un Dieu dans certaines religions.

Walt fait un énorme cadeau au Padre: 87: "Walt Kowalski m'a dit un jour, que je ne connaissais rien à la vie et à la mort, parce que j'étais un intello de 27 ans ... Il ne s'est jamais privé de dire tout ce qu'il pensait, et il avait raison. J'ignorais tout de la vie et de la mort, jusqu'à ma rencontre avec Walt, il m'a tout appris". Ce discours est appuyé par la place qu'il occupe pour faire son sermon: à la sépulture de Dorothy, il se tient derrière un pupitre. A la sépulture de Walt, il s'avance vers l'assistance. Ce n'est plus la connaissance livresque qui forme son discours, mais son expérience vécue dans ce quartier. 
32: Mitch et Karen offrent une pince à prendre des objets par terre et un téléphone. Ce cadeau fait écho à la pince étau que Walt donne à Thao. 52: Walt donne une pince étau, du dégrippant, une bande adhésive: la trousse de première urgence d'un bricoleur. 62: Walt offre sa Gran Torino à Thao pour fêter sa rencontre amoureuse avec Youa. 88: cadeaux d'héritage. Walt donne sa maison à l'église, car c'est ce qu'aurait fait Dorothy.

Thao est un personnage qui donne et reçoit énormément.
Sue est le lien entre Walt qui progressivement va lui donner le sourire. 41: Elle est aussi la traductrice, qui va permettre aux membres de sa famille qui ne parle pas Anglais de communiquer avec Walt.

Outils: 8: Thao vient demander à Walt des câbles de démarrage. On peut y voir un symbole de transfert d'énergie. Chaque outil à une fonction dit Walt. Les armes à feu ne sont-ils pas aussi des outils ?
Drapeau: (patriotisme). Seul Américain dans un quartier, envahi par les Asiatiques. Walt affiche journellement le drapeau Américain à l'entrée de sa maison.
15: Ce drapeau flotte entre le Padre et Walt.
19: Dans le bar, lieu de socialisation par excellence, il y a un bouquet de drapeaux de plusieurs nationalités différentes. 33: On voit le drapeau derrière lui en reflet dans la fenêtre. Walt va progressivement réduire les barrières avec ses voisins étrangers.

Voiture: La Gran Torino, modèle de collection peut être vu comme la participation de Walt à une oeuvre de création lors de sa carrière chez Ford.
88: Walt ne veut pas que Thao change le look de sa Gran Torino après sa mort.
10: Clin d'oeil à la mondialisation 
"Acheter Américain, ça le tuerait ?"
Geste donné sur la tête: 13: Le chaman donne un geste chaleureux sur la tête du bébé. 34: Walt fait un geste plus sobre que celui du chaman sur la tête d'une petite fille, et les invités sont choqués par ce geste. Un membre du gang secoue les cheveux de Thao.
Walt caresse souvent Daisy sur la tête.
Ce fil d'Ariane montre au moins deux choses: a) L'ignorance des moeurs et coutumes, croyances collectives d'une civilisation et/ou leur jugement (Sue explique à Walt: pour notre peuple l' âme est dans la tête), b) Il y a deux poids deux mesures: Le chaman a droit de faire ce qui est interdit pour les autres.


Quelques couples créant une dynamique: 
Vie/mort: Le même jour, dans la maison des Kowalski, il y a un repas pour cause de mort d'une vie. Dans la maison des Lor, il y a une réception pour célébrer la naissance d'un bébé. Cette notion de symétrie est répétée tout au long du film. La Mère de Sue et Thao est veuve.
Père/fils: Père biologique: Walt et Mitch, (lien du sang). La relation entre Walt et ses deux fils n'est pas des plus cool. 1: "Quoi que l'on fasse, il ne sera jamais content, le vieux"
10: Walt ne digère pas que son fils Mitch vend des voitures Japonaises.
21 49: Walt et Mitch ne parviennent pas à communiquer, même pas par téléphone. 

Père spirituel: Walt et Thao. Walt et Sue.
Epoux/épouse:  Walt et Dorothy: 1: Pendant les codoléances un ami de Walt dit "C'était une sacré bonne femme". Walt dit qu'il aimait sa femme Dorothy . "Certes cela n'a pas été facile dit-il, il a fallu que j'y mette du mien, mais c'est ce que j'ai fait de mieux dans ma vie, parole d'homme".
Mitch et Karen: Karen essaie de calmer le jeu entre Mitch et son père, lors de leur retour de la sépulture de Dorothy.
La mère de Sue et de Thao, et son mari décédé: La grand mère voudrait remarier sa fille pour avoir un homme à la maison. Un membre de la famille dit que Thao est l'homme de la famille. Sa grand mère ne le voit pas comme cela: "Il fait tout ce que sa soeur lui dit".
Walt/Daisy sa chienne: Walt appelle sa chienne fi-fille. Il lui parle à plusieurs reprises. 33: "Maman nous manque" lui dit-il après sa colère contre Mitch et Karen qui sont venus lui souhaiter son anniversaire. 71: Prenant son bain en fumant une cigarette: "Il faut bien que j'en profite".
Moi/les Autres: Ce fil d'Ariane compare la relation d'un personnage aux autres dans leur similitude ou opposition. Il y a un point commun entre Walt et Thao, à propos de la façon dont les autres les nomment. Walt est un grand observateur. Il a un rythme très lent, sans doute pas uniquement dû à son âge.
Walt et la grand mère: La grand mère Hmong ne parle pas Anglais. La communication entre Elle et Walt se fait donc essentiellement ... autrement.
Walt et Thao: Walt ne veut pas recevoir d'aide de qui que ce soit. 53: A partir du moment où il demande de l'aide à Thao, celui-ci s'affirme.

Walt et le Padre: Walt ne veut pas être appelé par son prénom. Mon nom est Monsieur Kowalski. Progressivement il évolue vers des dialogues plus chaleureux. 69: Il finira par dire au Padre "appelez moi Walt".
Même quand il se confesse à l'église, Walt s'adresse à l'homme, et non pas au représentant de Dieu.

Walt et Sue: 29: Walt dit à Sue "toi, je t'aime bien fillette" . 54: Sue déclare qu'elle aurait bien aimé avoir Walt comme père. Son père à elle, était dur, traditionaliste, de la vieille école. Sue fait le lien entre Walt et sa famille tant dans le registre des tensions que dans celui de la traduction linguistique. A un moment elle appelle Walt, Wally même si celui-ci le lui a interdit. Elle est toujours gentille avec lui, même quand lui est désagréable.
Walt et Youa
: 39: Dans le sous-sol où sont rassemblés les jeunes, Walt dit à Thao que Youa la dévore des yeux. 62: Ecoute, gamine, si lui ne t'invite pas à sortir, c'est moi qui vais te le proposer. "Youa, surtout ne l'écoutes pas" dit Sue. "Je suis un diable blanc".
Franc-parler/politiquement correct: Beaucoup de personnages utilisent un dialogue d'une certaine vulgarité, dans des registres assez éloignés les uns des autres (empathie/agression).
87: Le padre souligne le franc-parler de Walt dans son sermon à la sépulture. 88: Walt a signé l'authenticité de son franc-parler jusqu'à l'utiliser dans son testament. Pour Walt, le franc parler semble être réservé aux hommes. "Surveille ton langage jeune fille" dit-il à Sue.
Famille/Amis: 37: "J'ai plus de choses en commun avec ces étrangers qu'avec tous les membres pourris de ma famille, bordel de merde" dit Walt devant un miroir.
Paix/guerre: La guerre à une échelle internationale: Walt a fait la guerre en Corée pendant trois ans. En Corée, le peuple Hmong a combattu à côté des Américains. Dans ce quartier de cette ville Américaine, que les Hmongs se sont approprié, la guerre , se trouve transposée entre deux voisins (alliés pendant la guerre). Les propriétés (territoires) que représentent ces deux maisons, ne sont pas délimités par une barrière (clôture) physique. On retrouve cette idée de frontière, dans le rite que fait le Chaman lors de la célébration du nouveau né.
Justice/injustice : "C'est trop injuste" dit le Padre. Walt lui réplique "Rien n'est juste mon père".
Vol/honnêteté : Le vol y est présenté sous différentes facettes:
57: "C'est des putains de voleurs" dit Thao. Est ce que Thao a vraiment le choix entre, essayer de voler ou non cette voiture ? 

Langue natale/langue étrangère: Le film montre un panel d'exemples de difficultés à comprendre ce que l'autre dit 45: La petite fille traduit dans les deux sens, le Hmong et l'Anglais, entre son père ou son grand père, et Walt. 
Vente/production: Walt donne sa préférence par rapport à ces deux registres. Il est un homme qui a passé sa vie à fabriquer des voitures, à réparer des machines et objets. Son fils Mitch ne fabrique pas, il vend des voitures manufacturées au Japon.
Walt propose à Thao à travailler dans la construction et l'aide.
 

Quelques exemples  de symbolique de l'image :
41: Dans cette séquence où Sue traduit le souhait de sa mère pour que Thao se rachète, des images récurrentes montrent Walt, coincé entre ces deux femmes qui lancent en choeur à Thao "La ferme, la ferme,la ferme" Walt cède à ces deux femmes déterminées et accepte non de bon gré, que Thao vienne travailler le lendemain. Il dit même merci.
69: L'éclairage de cette séquence est fait de telle façon qu'un côté du visage de Walt est nettement plus éclairé que l'autre, par la lumière qui rentre par une fenêtre. La même lumière éclaire l'autre côté du visage du Padre. Dans cette séquence Walt et le Padre ont une vraie communication (La communication tantôt absente tantôt existante, en médiocrité ou en qualité, a porté tout le film). Walt demande au Padre, que feriez-vous à ma place ?. Le Padre qui est secoué par toute cette violence passée et potentiellement à venir, exprime calmement sa colère devant cette injustice, mais appelle Walt et Thao à ne pas faire justice eux-mêmes. Si on rapproche ces deux moitiés de visages éclairés, la tête complète éclairée  ainsi formée, dans laquelle siège le cerveau, (et l'âme dans la culture Hmong) renferme en quelque sorte la synthèse du fruit de la communication entre ces deux hommes, éclairés par une même lumière qui vient de l'extérieur.
74 et 76: La grille entre le sous-sol et le rez de chaussé fait écho à la grille du confessionnal à l'église. 
88 89:  Il y a une image du visage de Thao, qui dans un travelling de gauche à droite et un fondu-enchainé, l'amène de la pièce du Notaire au volant de cette voiture, tant convoitée du vivant de Walt. Le visage souriant de Thao se superpose un court instant à l'image de Daisy. Thao est donc au volant de sa grande Torino avec Daisy comme passagère. Il n'y a pas d'autres voitures. Il disparaît à l'horizon. Les trois éléments, terre, eau (mer calme) ciel bleu, sont dans le cadre. L'ombre longue des arbres, montre que nous sommes à l'aube d'une journée ensoleillée. On voit un phare au loin. Thao a franchi une belle étape, et roule sur le chemin qui l'invite à continuer la conquête de sa liberté.

Le trafic des voitures apparaît peu à peu ...


Bande sonore:
Il est à noter que la musique, est utilisée moins de 15 mn sur un film de 1H 55.

Musique de source: orgue à la sépulture de Dorothy. Musique d'ambiance des fêtes de famille Hmong. Autoradio de la voiture du gang Hmong.
link  avec la 
Musique récurente

Après la fusillade qui tue Walt, il y a une musique légère avec du chant. Ce chant n'est pas constitué de mots d'une langue donnée, mais de "la la la", une langue quasi universelle. 
Musique et voix: 44 88 89


Quelques  questions pour élargir la réflexion sur le film et sur la "méthode de lecture" proposée dans ce blog:

A) Dans le registre "hors cadre" (ce qui n'est pas montré à l'écran), que pouvons-nous imaginer de la relation du couple Walt/Dorothy avec leurs voisins (avant la mort de Dorothy) ?
B) Que pouvons-nous imaginer de la relation des parents Walt/Dorothy avec leurs enfants et petits-enfants, avant la mort de Dorothy ?
C) La  grand mère lance à Walt qu'il ferait mieux d'aller parader ailleurs.
Ce drame serait arrivé si Walt avait quitté ce quartier avant que les Asiatiques y soient devenus majoritaires ?
D) Quels sont les marqueurs dans le film, qui montrent la progression du temps ?
E) Qu'est ce qui a pu pousser Walt à mettre sa mort en scène ?

Liste plus longue de séquences:

1- Sépulture de Dorothy,la femme de Walt. Beaucoup de gens parlent (messes basses)."quoique que l'on fasse le vieux ne sera jamais satisfait" Sermon du Padre à propos de: qu’est ce que la vie et la mort ? "La mort est-elle une fin ou un commencement" ? ... "C'est pourquoi vous devez vous en remettre au seigneur, car le seigneur n'est que douceur"
"Nom de Dieu" murmure Walt. 
2- Réception à déjeuner dans la maison de Walt après l’office religieux. Simultanément de nombreuses personnes entrent dans la maison des voisins de Walt.
3- Pendant le déjeuner, les petits-enfants de Walt fouillent dans une  cantine au sous sol.
4-  Walt descend au garage chercher des chaises.

5- Ashley s'ennuie. Elle essaie d'utiliser son téléphone portable, mais dans ce ghetto, il n'y a pas de couverture.
6- Walt quitte la pièce, observe les invités qui rentrent chez ses voisins. On entend au loin une sirène de police.
7- Dans le garage Ashley demande à son grand pére "qu'est ce t'a intention de faire de ta voiture quand ... tu seras mort?
8- On sonne à la porte. Thao vient demander des câbles de démarrage.Walt lui claque la porte au nez.
9- Premier dialogue entre le Padre et Walt. "Avant sa mort,  Dorothy m'a demandé de veiller sur vous". Dorothy a fait promettre au Padre de demanderait que Walt se confesse.
10- Mitch, sa femme et leurs enfants s'en vont. Walt connecte des câbles sur la batterie. En regardant Mitch et Karen partir,  il murmure "Acheter Américain, ça le tuerait ? Nom de Dieu"
11- Sacrifice de la poule par le chaman de la famille Hmong."Putains de barbares".
12- Affrontement de Walt et de la grand mère qui le traite de vieux coq.
13- Le Chaman bénit le nouveau-né avec un rite propre à leur culture.
14- Walt et la grand mère continuent leurs hostilités.
15- Première visite du Padre à Walt dans sa maison. "Je voudrais qu'on discute Mr Kowalski" "dans une autre vie mon p'tit" lui répond Walt. Walt lui claque la porte au nez.
16- La voiture du gang roule au coté de Thao "Tu es un garçon où une fille"?. Deux bandes en voiture s’affrontent: des Mexicains et le gang Hmongs.
17- Le gang revient. Échanges violents entre le gang, Sue  et Thao.
18- Thao est sollicité pour faire son initiation : voler la Gran Torino. Le drapeau Américain flotte à l'angle de la maison.
19- Échange entre le Padre et Walt dans un bar. Derrière Walt,  il y a plusieurs drapeaux de différentes nationalités.
20- Walt est allongé, mais ne dort pas. Thao tente de voler de la Gran Torino la nuit. Walt met en joue le voleur et trébuche. Le gang attendait au-dehors. 
21- Appel au téléphone de Mitch alors que Walt est dans son garage."Ta femme a déjà pris tous les bijoux de ta mère"

22- Le gang revient, proposant une "nouvelle chance" à Thao. Violente bagarre.
23- Walt sort son flingue, les met en joue, et les fait fuir.
        "Tirez vous de chez moi" dit-il à Sue qui le remercie.
24- Les Hmongs remercient Walt en lui offrant de la nourriture, des fruits et des fleurs. "Foutez moi la paix" dit-il à Sue.
Walt met tout à la poubelle. Sue insiste pour que Thao dise la vérité. Thao confesse qu'il a essayé de voler la Gran Torino.
25- Seconde visite du pasteur à la maison de Walt. "Pourquoi n'avez vous pas appelé la police" demande t'il à Walt. "Ce qui hante le plus un homme, c'est ce qu'il a fait sans que l'on lui ordonne"
26- Walt va chez le coiffeur italien, Martin.
27- Agression de Sue par la bande de voyou Noirs alors qu'elle marche  avec Trey un irlandais .
28- Au volant de son camion, Walt s'arrête à un STOP, observe longuement, repart, s'arrête à nouveau devant le groupe. Il ordonne à Sue de monter dans son camion.
29- Walt et Sue font connaissance en roulant. Sue lui explique l'histoire des Hmongs, pourquoi ils sont venus en grand nombre aux USA. Sue le remercie pour cette ballade."Moi je t'aime bien fillette".
Sue dit "Thao est plus intelligent que la normale, en fait il ne sait pas quelle direction il doit choisir".
30- Sur la terrasse "Cette vieille peau m'a dans le collimateur". Walt lit son horoscope dans un journal: "c'est votre anniversaire ". "Cette année, vous allez devoir faire un choix entre deux chemins de vie, vous aurez une deuxième chance, des évènements extraordinaires mettront fin ...." "quel ramassis de conneries".
31- Une voisine renverse ses courses du coffre de sa voiture.
32- Mitch et Ashey viennent rendre visite à Walt pour son anniversaire, en apportant deux cadeaux et un gâteau

33 - "Maman nous manque, pas vrai Daisy". Sue invite Walt à un barbecue."Ne vous avisez pas de toucher à ma chienne

"Autant boire avec des étrangers que picoler seul"
"Bon anniversaire Wally" "Je t'interdis de m'appeler Wally"
34- Walt accompagné par Sue, essaie de s'intégrer peu à peu dans ce milieu qui a des coutumes qu'il ne connaît pas. Sue joue un rôle de médiateur. Walt n'est pas convaincu que la grand mère lui souhaite la bienvenue. Sue explique à Walt un certain nombre de croyances de son pays "Je crois que ton peuple a un grain" conclut Walt.
35- Sue traduit ce que le chaman lit sur le visage de Walt: "Il dit que les gens ne vous respectent pas, qu'ils évitent même de vous regarder" Il dit que votre façon de vivre est comme un plat sans saveur". Vous avez fait une erreur dans votre vie passée, et vous n'arrivez pas à vous pardonner cette erreur" ... "Vous n’êtes pas en paix".
36- La lecture du chaman interpelle Walt, qui se met à tousser et à cracher du sang. Sue le remarque.
37- Devant un miroir il se parle à lui-même:"J'ai plus de choses en commun avec ces étrangers qu'avec tous les membres pourris de ma famille, bordel de merde".
Sue l'attend à la porte de la salle de bain.
38- Walt entouré de nombreuses femmes, savoure la délicieuse nourriture asiatique. Sue vient le chercher pour le présenter aux jeunes qui sont au sous-sol.
39- Walt descend au sous-sol, fait connaissance de Youa. Il ouvre les yeux à Thao, en lui disant que Youa le dévore des yeux. "Bonne journée" lui dit-il. 
40- Des voisins apportent à nouveau des fleurs à l'entrée de la maison. 
41- Sue traduit à Walt la demande de sa mère.Thao doit se racheter, en travaillant pour Walt. "La ferme la ferme la ferme" disent en choeur Sue et sa mère."La ferme ...Qu'il vienne demain merci merci"

42- Thao vient pour faire sa réparation."Il est venu quand même, putain de merde"
    "Qu'est ce que tu sais faire" ? demande Walt. "Si tu travailles pour moi, je dois savoir ce que tu sais faire"

43- Thao dit à Walt « Ecoutez je suis coincé ici, alors pourquoi vous ne trouvez pas quelque chose d'utile à faire
44- Walt finit par lui donner du travail utile, concernant non pas sa propriété, mais les maisons voisines des Hmongs.Un Hmong parle à Walt à propos de Thao qui en train de réparer une gouttière."Tu l'as dit mon frère". Première occurrence d'un morceau de musique avec du chant.
45- Une petite fille accompagnée de son grand père, demande à Walt, si Thao peut venir détruire un nid de guêpes.
46- Thao sonne avec insistance à la porte de Walt. Celui-ci est dans sa salle de bain, crachant du sang. C'est la dernière journée de rachat de Thao. Walt lui dit "Prends un jour de repos, tu en as fait assez"
47- Sur le seuil de sa porte, Walt veut dire quelque chose à Thao,  mais il se rétracte: "Non rien, laisse tomber"
48- Walt consulte un médecin: une femme le docteur Chan. Une femme arabe est secrétaire médicale.
49- Walt appelle son fils au téléphone. On découvre sur le bureau qu’une admission à l’hôpital a été établie. Mitch est débordé par son travail.
50- Le gang passe lentement en voiture. Walt dit "le petit gars n'a pas une chance".
51- Thao demande à Walt s'il s'y connaît en robinet. Walt démonte un robinet d'évier. Il a très chaud. Thao met en route le ventilateur.
52- Il va au garage avec Thao pour réparer le robinet. On voit les pales du ventilateur sur l'établi. Il lui explique la fonction de chaque outil. "Allez, dis-moi ce que tu as sur le coeur". Thao découvre que Walt crache du sang.
53- Walt demande de l’aide à Thao pour sortir un     congélateur. Thao commence à s'affirmer vis à vis de Walt. Walt lui vend le congélateur 25 dollars.
54- Thao lave la Gran Torino. Échange entre Sue et Thao.Sue parle de son père "J'aurai bien aimé avoir un père comme vous".
55- Thao dit à Walt qu'il devrait arrêter de fumer.
Thao dit qu’il voudrait travailler dans le commercial, mais il ne peut faire d'études faute d'argent. .
56 - Walt conduit Thao chez le coiffeur pour lui apprendre comment on se parle entre Mecs .
57- Présentation de Thao à l'entrepreneur en bâtiments: Tim Kennedy, un Irlandais .
58- Achats d’outils dans un magasin. Walt avance de l'argent à Thao. Thao le remercie vivement. Ils se serrent la main dans ce lieu où prolifèrent des outils de tous genres.
59- Thao se fait agresser dans le petit chemin par le gang, un soir en rentrant du travail. Ils jettent ses outils, l'immobilise, et le brûle à la joue avec une cigarette. 

60- Walt en sortant les poubelles croise Thao et lui demande " que t'est-il arrivé". Walt lui propose d'aller dans son garage pour prendre les outils dont il a besoin.
61- Walt avec Daisy attend dans son camion pour être sûr qu'il ne reste qu'un membre du gang dans la maison. Il tabasse Smokie sur la pelouse. Un chat s'enfuit en miaulant de terreur. Quand il rentre chez lui l'orage gronde. Il pleut.
62- Walt fait un barbecue chez lui qu’il partage avec ses voisins Hmongs.
      "Je me sens bien" dit Walt."Vous passez du bon temps à ce j'vois" dit Sue."Ecoute, sérieux, gamins, si lui ne t'invite pas à sortir, c'est moi qui vais te le proposer. "Youa, surtout ne l'écoute pas dit Sue". "Je suis un diable blanc". "Oui je vais te prêter la Gran Torino"
63- Walt regarde un match à la télé. 
64- On entend le vombrissement de la voiture du gang Hmong qui s'approche. Le gang attaque la maison au pistolet mitrailleur.
65- Walt prend son révover, et se précipite chez ses voisins."Je savais que cela allait arriver, mais qu'est ce je fous ici ?". "A la guerre, on perd beaucoup d'amis, mais on s'y attend"  
66- Sue entre dans la maison le visage et le corps tuméfiés.

67- Walt reste figé, laisse tomber son verre d'alcool de riz.
68- Walt rentre chez lui, et s’auto  mutile en cognant dans des placards. Il bouscule sa chienne. Le verre cassé des portes, le fait saigner à la main. Accablé dans son fauteuil, une larme coule de son oeil droit.
69- Le pasteur entre sans sonner. "La police a fini par par s'en aller, tout le monde se tait". Il lui conseille de ne pas venger Sue et thao. "Que comptez vous faire, Monsieur Kowalski"? "Appelez- moi Walt", dit il au pasteur"."Thao et sue ne réussiront jamais à vivre en paix, tant que ce gang restera là, tant qu'il n'aura pas été neutralisé définitivement".
"Quel gâchis! c'est trop injuste 
 » dit le pasteur. "Rien n'est juste mon père" répond Walt. 
"Ce qui est certain, c'est que je ne leur laisserai pas une chance"
70- Thao vient parler à Walt. "On n'a pas le droit à l'erreur" dit Walt. Walt lui dit "revient à quatre heures précises".
71- Il tond la pelouse, puis prend un bain en fumant une cigarette dans sa baignoire, en s'excusant auprès de Daisy pour fumer dans la maison.

72- Walt va chez le coiffeur, et demande que Martin le rase de près.
73- Walt essaie un costume chez le tailleur: son premier costume sur mesure."Vous avez beaucoup de classe" dit le tailleur à Walt.
74- Walt va à l’église et demande au Padre de le confesser."Vous me confessez, oui ou non ?"Je ne me suis jamais beaucoup occupé de mes deux garçons , je les connais pas bien, je savais pas m'y prendre".
"Allez en paix" dit le Padre". "Mais je suis en paix" répond Walt. Le Padre qui très anxieux.
75- Thao revient au RV de 16 h. Walt a démonté son flingue et nettoie les pièces détachées.Walt lui donne sa médaille de guerre."Cela fait quoi de tuer un homme?" "Évite de poser ce genre de question" répond Walt."
76- Walt l’enferme dans le garage. "Calme toi, cette porte c'est du solide". Walt continue de lui parler à travers de la porte grillagée. "Tu veux savoir qu'est ce que ça fait de tuer un homme?". "Aujourd'hui j'ai du sang sur les mains , je suis souillé, c'est pour cela que ce soir, j'irais seul". "Walt je veux aller avec vous". "Ecoutes, tu as déjà fait beaucoup de chemin,et je suis fier de dire que tu es mon ami, mais tu as encore toute la vie devant toi, alors que moi, je termine ce que j'ai à faire. Je termine toujours, et je n'ai besoin de personne ".
En cognant dans la porte grillagée, Thao crie: Walt, Walt, Walt, Walt.
77- Walt confie sa chienne Daisy à la grand mère. Dans cette situation où la communication par la langue est impossible entre eux, Walt lui dit "Moi aussi je vous aime". "Elle s'appelle "Daisy".

78- Walt appelle Sue au téléphone  pour lui dire que son frère est enfermé dans son sous-sol.
79- Sue va délivrer son frère du sous sol. 
80- Le Padre demande à la police de rester plus longtemps, pour empêcher le drame qu'il suppose. La police refuse. "Nous avons des ordres de partir d'ici".
81- Walt est dans la rue, face à la maison du gang. La cigarette aux lèvres, il lance « Vous avez du feu » ?  "Moi j'ai du feu" .
82- Des voisins sortent sur leur terrasse. Ils sont armés.
83-  Fusillade. Walt est criblé de balles, mais aucune à la tête. Walt s'écroule.
84- Arrivée de Thao et Sue sur les lieux du crime avec la Gran Torino.
85- La police embarque les tueurs du gang, sous les yeux de Thao et de Sue.
86- Sue, Thao et leur mère prennent le taxi pour se rendre à la sépulture à l'église. Ils sont vêtus de leurs costumes traditionnels.
87- Sépulture de Walt à l’église. Sermon très bref du pasteur. "Walt m'a tout appris".
88- La famille de Walt et Thao prennent connaissance du testament chez le notaire.

89- Thao prend la route avec Daisy, au volant de la Gran Torino. 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
 Un grand merci à serge Tisseron qui m'a chaleureusement autorisé à inclure intégralement le chapitre de son livre "l'empathie au coeur du jeu social" (Albin Michel) qu'il a consacré à ce film.
Ci dessous ce chapitre:

Le renoncement au désir d’emprise et la construction d’une empathie réciproque peuvent se faire à tout âge. C’est ce que nous montre le film de Clint Eastwood : Gran Torino.  Un Américain d’origine polonaise nommé Kowalski incarné par Clint Eastwood, habite dans un quartier jadis largement polonais, mais dont la majorité des occupants est désormais asiatique.  Le film commence au moment où le héros perd un repère essentiel de sa vie avec le décès de sa femme. Confronté à l’ insécurité psychique qui en résulte, il n’éprouve d’empathie pour personne, pas même pour lui. Il ne se fait plus à manger et renforce des habitudes qui lui tiennent lieu de cadre sécurisant : tondre son gazon, astiquer sa vieille Ford  « Gran Torino » et… râler contre les nouveaux occupants du quartier.

Ceux-ci sont des Hmong, un groupe d’Asiatiques qui se sont rangés du côté des Américains pendant la guerre du Vietnam et qui ont été rapatriés après la défaite. Il n’apprécie pas plus  Kowalski que celui-ci ne les apprécie. Aux insultes et jurons marmonnés en argot américain par le vieux solitaire répondent des malédictions proférées en vietnamien par une vieille grand-mère. Son manque d’empathie à leur égard mobilise leur agressivité et leur mépris en miroir. Kowalski crache contre ses voisins qui font de même. Enfin, un troisième protagoniste de l’histoire est incarné par une bande de Hmong qui terrorise le quartier. Ses membres sont évidemment dénués d’empathie. Ainsi chacun hait-il ceux qui lui paraissent différents, que ce soit par la langue, l’origine ethnique ou les coutumes.

 Le changement débute par un quiproquo. Le vieil homme est réveillé en pleine nuit par une bagarre. Il décroche son ancien fusil militaire et en braque le canon sur le front de l’un des combattants Hmong qui vient de rouler sur son carré de gazon : Les cons comme toi, en Corée, on les empilait par paquets de 100 pour faire des barricades. » Nulle trace d’empathie là-dedans, et certainement pas pour la victime de l’agression. Kowalski ne fait que défendre son espace. Mais le lendemain, il a  la surprise de découvrir de nombreux cadeaux sur les marches de son perron. Son intervention a sauvé un adolescent. Pour tout le quartier, occupé exclusivement par des Asiatiques, rappelons-le, c’est un héros ! Pas facile pour un ancien combattant de Corée, traumatisé et xénophobe, de se retrouver dans cette situation. La gentillesse de la communauté Hmong aura peu à peu raison de ses réticences. Il en accepte d’abord la nourriture, puis se prend de sympathie pour l’adolescent qu’il a sauvé. Il décide même de l’aider à avoir un métier et lui achète des outils. C’est le premier stade de l’empathie relationnelle : il se met à la place du garçon pour lui venir en aide. Dans une séquence suivante, Kowalski décide de lui apprendre la façon de parler en vigueur dans sa communauté d’anciens émigrés polonais et italiens. Il accepte alors que ce garçon se mettre à sa place , c’est-à-dire, vu la différence de génération, qu’il la prenne un jour. C’est le second stade de l’empathie relationnelle : la réciprocité. Enfin au cours du repas chez ses voisins asiatiques, un vieux monde désigné comme chaman par ses pairs révèle à Kowalski qu’il existe en lui une blessure secrète et lointaine qui continue à le ronger. Kowalski accepte cette intrusion dans son intimité psychique. Il accepte que ce chaman, qui est pour lui un inconnu, accède à des parties de lui qu’il tenait jusque-là cacher. Il ne vit cette intrusion ni comme dangereuse ni comme condescendante. Et il accepte d’en être éclairé sur lui-même.

La preuve en est que cet événement va permettre à Kowalski de raconter lui-même sa blessure au jeune Hmong qu’il a pris sous sa protection. Pendant la guerre de Corée, il s’est lancé à l’assaut d’un nid de mitrailleuses dont les occupants avaient été tués, à l’exception d’un adolescent. Rendu fou de colère par la mort de ses camarades de combat, il a exécuté le garçon d’une balle dans la tête. Kowalski était-il sur le chemin de l’empathie au moment de son départ en Corée ? En tout cas, cette guerre abominable l’en a détourné. Les expériences extrêmes ont le pouvoir de faire prendre d’autres directions que celles qu’on pouvait croire solidement installées. On connaît des déportés réputés calmes et capables de supporter de nombreuses frustrations de la vie, qui sont revenus des camps à jamais incapable d’attendre : ils avaient perdu confiance dans la générosité du monde à leur égard. L’image d’un monde secourable, capable de répondre à leurs désirs, avait laissé place à une assistance persécutrice prenant un plaisir sadique à les faire souffrir. Difficile d’être empathique dans ces conditions-là…

Comment faire alors pour vivre ensemble malgré tout ? Dans les sociétés démocratiques, les citoyens élisent des délégués qui se portent garants de l’établissement d’un pouvoir régulateur : la justice et la police sont appelées à jouer ce rôle. Comprenant que son propre désir de faire justice contre la bande des Hmong n ’est qu’un avatar du désir d’emprise qui monte les  diverses communautés les unes contre les autres. Kowalski décide finalement de mobiliser ces instances de régulation. Il le fait d’une façon tellement inattendue que je me garderai bien de la dévoiler au lecteur. Qu’il sache seulement que la signification de ce film, et même celle de l’œuvre entière de Clint Eastwood, s’en trouve bouleversée…

        - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

Partager cet article

Repost 0
Published by Miartist
commenter cet article

commentaires

pregnancy week by week 27/05/2014 14:27

Gran Torino was last film of Clint eastwood as an actor. And he did made that character so real that we ought to think he really did exists. And his direction, as always stood out. I suggest this movie to all those movie buffs. Its a must must watch.

stress ball 08/04/2014 10:44

Really impressed by the way you provided the review! Each and every character is mentioned with their role and the importance in the movie! Being a movie critics going to bookmark this website and will be back soon!

Miartist 26/12/2010 23:10



Le lundi 29 Novembre 2010, Serge Tisseron présentait dans un café à Paris, son récent livre "L'empathie au coeur du jeu social" édité par
Albin Michel.
J'avais eu le grand plaisir de rencontrer Serge Tisseron lors d'un colloque à Sens en Juillet 2008. Le théme de ce colloque était: 


Culture & numerique: nouveau champ des pouvoirs.


Quelle n'a pas été ma surprise d' entendre Serge Tisseron, parler de ce chef d'oeuvre du cinéma qu'est le film Gran Torino, comme
illustration de l'empathie.
Serge Tisseron m' a autorisé chaleureusement à inclure intégralement  le chapitre qu'il a consacré à ce film, dans son livre.
Je le remercie très vivement pour cet enrichissement majeur, oh combien complémentaire à mon essai, dans ce que j'ai appelé  "méthode de lecture d'un film" .


Le chapitre écrit par Serge Tisseron de trouve en bas d'écran, dans la partie au dessus des commentaires.


André Hatte, auteur de ce blog.






Zoraide Castellvi 26/11/2010 12:19



André, vous avez un grand talent. BRAVO.


J´èspere un jour pouvoir écouter votre saxophone.


Felicitations du Brèsil.


Amicalement,


Zoraide


 



maury christiane 29/10/2009 10:50


bonjour andré.je viens de lire ton découpage sur welcome et je trouve ce travail plus recherché que
pour le film précédent.enfin à mon gôut....appréciation tout àfait personnelle bien sur.je te félicite
et t'encourage à persévérer dans cette voie.    je t'envie!!!...et me sens incapable d'en faire autant.
à bientôt.christiane.